Découvrir le Caire

LE Musée Des Antiquités

Ce musée collecte plus de 120000 antiquités inestimables et recèle le fameux trésor de la tombe de Toutankhamon dont un masque mortuaire en or massif strié de bandes de verre bleu imitant le lapis lazuli.

 

LE SOUK DE KHAN EL KHALILI

Réputé pour sa multitude d’échoppes, le souk de khan el khalili (XIVs.) est imprégné de divers couleurs et parfums. Vous déambulerez dans des ruelles encombrées d’étoffes, d’épices avant de prendre un thé à la menthe ou un carcadet dans l’un des nombreux cafés.

 

LE VIEUX CAIRE ET LE QUARTIR COPTE

Le plus ancien quartier du Caire est un havre de sérénité caché derrière des murailles. Le musée copte avec ses icones bien préservées, les magnifiques églises saint-Serge, Saint-Barbara et El Moallaqah sont autant de curiosités à découvrir.

 

SAKKARAH ET MEMPHIS

De Memphis, jadis glorieuse capitale, ne restent que quelques vestiges des palais et des temples, ainsi que l’un des deux colosses de Ramsès II.

A Sakkarah se dressent la pyramide d’Ounas ainsi que la pyramide à degrés du roi Djeser, la plus ancienne des pyramides.

 

CITADELLE ET Mosquées

Ancienne résidence des sultans d’Egypte bâtie par saladin à la fin du Xll siècle pour fortifier la ville contre la menace des croisés, la citadelle, dominée par les coupoles et les minarets de la mosquée de Mohamed Ali, renferme mosquées et palais.

 

LES PYRAMIDES ET LE SPHINX DE Guizèh

Sur l’immense plateau désertique de Guizèh se dressent le monumental sphinx et les incontournables pyramides de Khéops, Khephren et Mykérinos qui constituent l’une des plus pures œuvres d’art jamais conçues.

 

L’OASIS DU FAYOUM

Cette oasis de 1 800 km², l’une des plus vastes d’Egypte, est considérée comme le jardin du Caire. Vous admirerez des champs de légumes et de cannes à sucre, des cultures de noix, d’olives et de fleurs ainsi que de pittoresques pigeonniers en bordure des villages.

 

LE WADI NATROUM

Vallée fertile située dans le désert occidental, le Wadi Natroum abritait autrefois de nombreux monastères dont les parois blanches se détachaient sur l’ocre du désert. Dans celui de Deir Abu Makar (couvent Saint – Macaire) résident encore une centaine de moines.